▲ Accueil ◄ Page précédente 

19/04/2019

L'annonce faite par Notre-Dame

Nous le savons, les civilisations aussi sont mortelles et vivent le déclin de leurs formes avant de fertiliser un renouveau ici ou ailleurs. Elles laissent des traces architecturales plus ou moins grandioses et pérennes, grâce auxquelles elles s’inscrivent dans l’histoire et fournissent des repères durables aux civilisations suivantes.

Notre-Dame fait partie de ces monuments qui marquent les temps et, en l’occurrence, la civilisation européenne (et par extension occidentale) qui s’est développée sur les traces de l’Empire romain avec le déploiement du christianisme.

En astrologie nous avons, grâce aux cycles, les outils pour dater les grands et petits changements. Aux niveaux symbolique et temporel en même temps, ils vont bien nous aider à repérer de quels changements l’incendie de Notre-Dame est le signe.

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs »

Notre-Dame brule et nous la regardons !

Le 15 avril avant 20H

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » s’alarmait Jacques Chirac le 2 septembre 2002 au sommet de la Terre de Johannesburg. Ce 15 avril 2019, Notre-Dame brûle et nous la regardons médusés ! Partout dans le monde cette image imprègne et alerte les consciences, chacun ressent une perte incommensurable et, en même temps, un message transcendant ! Nous sommes soudain conscients de ce que nous sommes en train de perdre et de ce que nous allons devoir reconstruire, conscients aussi que nous sommes unis dans un même chagrin de voir se consumer sous nos yeux un symbole aussi familier et aussi universel, une maison commune, un refuge, une mère à tous ! Mais nous continuons à regarder, nous ne regardons pas ailleurs !

Nous avons eu la même réaction médusée lors de l’attentat du world trade center (les deux tours de Notre-Dame vont-elles s’effondrer aussi ?), lors des attentats de Charly Hebdo et du Bataclan… et nous avons eu, alors, comme un premier ressenti que, où que nous soyons sur Terre, nous sommes de la même famille. Ce sentiment a tout aussitôt été entaché par le surgissement, soudain et venu d’ailleurs, du risque terroriste, la désignation d’un axe du mal (par le président Bush), et la sidération de voir de jeunes occidentaux faire sécession pour rejoindre cet axe, au point que, au mépris de nos lois et de nos droits, nous avons même failli les déchoir de leur nationalité !

 Dans l’incendie de Notre-Dame, il n’y a pas des bons et des méchants, il n’y eut que la nécessité périlleuse de la rénovation, peut-être d’une négligence humaine et le hasard. Mais nous savons que le hasard n’existe pas et que seule la méconnaissance des lois lui prête vie.

Les grands cycles et le changement de paradigme

Passer de la raison à l’amour

Nous sommes à la fin de l’ère des Poissons et au début de l’ère du Verseau (à plus ou moins 200 ans près, selon le point zéro sur lequel nous nous accordons). Chaque ère, déterminée par un cycle de précession des équinoxes (correspondant à la traversée rétrograde des 30° d’un signe du point vernal équinoxial) a une durée de 2160 ans, et son paradigme est donné par la symbolique du signe traversé, impulsée par un évènement-source. L’évènement-source de l’ère des Poissons est l’enseignement de Jésus, plus ou moins bien compris et transmis. C’est une ère d’idéalisme et de lutte entre leurs différentes expressions, qui a pour but, dans le signe mutable des Poissons, d’inviter chaque être humain à acquérir une individualité de conscience, pour sortir des consciences de groupe et de clan, propres à l’ère du Bélier. « Tu quitteras ton père et ta mère », prônait Jésus, non pas tant pour le suivre que pour suivre la conscience supérieure en soi, le Soi. 

J’ai montré dans mon ouvrage « La Destinée de la France », et dans mes précédents articles , que l’évènement source de l’ère du Verseau est dans l’idée des Droits de l’Homme formulée à la fin du XVIIIe siècle par la Révolution française et, de manière concomitante, par les fondateurs des Etats-Unis. 

Nous sommes dans une phase de transition entre deux ères, où la plupart des humains vivent encore selon les valeurs de l’ancienne ère des Poissons (caractérisée par l’individualisme, la compétition et le profit individuel, tant la conscience individuelle mentale est égoïste et séparative), tandis que d’autres commencent à percevoir de plus en plus clairement les valeurs de la nouvelle ère et souhaitent les faire advenir et les incarner.  Les valeurs de l’ère du Verseau sont moins individuelles et plus collectives, elles sont formulées par les idées de liberté, d’équité et de fraternité ou solidarité. Cette ère était également annoncée par Jésus dans ses injonctions « aimez-vous les uns les autres » et « tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Les valeurs de fraternité et de solidarité ne sont que des formulations diversifiées de l’amour qui meut tout notre univers et qui nous appelle toujours à l’unité et en cela à l’évolution.

Ainsi, nous devons passer de l’ère de la raison où le plus fort (physiquement, financièrement, intellectuellement) finit toujours par avoir raison de l’autre, à l’ère de l’amour et de la fraternité entre les humains où la conscience de l’unicité de l’humanité va s’imposer et la véritable puissance est spirituelle et psychologique et non plus matérialiste.

De la révolution copernicienne à la révolution écologique

Logo du sommet pour la Terre de Johannesburg en 2002

Outre le changement d’ère, nous vivons des grands cycles de civilisation dont celui de Pluton-Neptune qui dure 500 ans.

De ce fait, j’ai montré que nous vivons une époque analogique à la Renaissance, de véritable révolution copernicienne que nous pourrions nommer « révolution écologique » (certains chercheurs parlent d’anthropocène, ou ère géologique de l’Homme) : après des décennies où l’économie matérialiste dite de marché a régi tous les échanges planétaires, épuisant les ressources de la planète aussi bien que celle des individus, nous devons considérer la situation plus globalement, de manière systémique et inclusive, c’est-à-dire écologique. Nous sommes dans un monde fini, aux ressources limitées, que nous devons non plus exploiter mais faire fructifier de façon équitable, au risque d’un collapse.

Comme l’expriment les gilets jaunes,  nous savons que nous devons « changer de système » (politique, économique et social), mais nous ne savons pas encore comment nous y prendre, nous ne voyons pour le moment que des contestations des systèmes en place, mais peu de construction visible.

 Les cycles d’évolution intermédiaires décisifs

Pour continuer à explorer la situation, observons les cycles plus courts, de moyen terme, non plus à l’échelle d’un courant de civilisation mais à l’échelle humaine d’une ou deux générations.

Nous terminons un cycle de 38 ans entre Pluton et Saturne, débuté en 1982. Le nouveau démarre le 12 janvier 2020. Ce cycle régénère périodiquement et radicalement les formes politiques sociales et individuelles auxquelles on s’était habitués. Pluton joue pleinement dans ce cycle son rôle de détruire tout ce qui n’est pas conforme (à la Loi) et il agit de façon qui peut paraître injuste, cruelle et inappropriée. Il sème le chaos pour que se recrée un ordre plus juste, et cela se fait en trois étapes, et sous trois formes qui peuvent paraître contradictoires :

1/ Au premier niveau exotérique (Pluton premier maître du Scorpion), il intervient brutalement par des conflits, des catastrophes, des accidents, des pertes. Du désordre qui gagne sur un ordre ancien parfois fossilisé.

2/ Au deuxième niveau, ésotérique (donc difficilement perceptible, car subtil et dans l’invisible du travail des âmes et des consciences), Pluton (tel Saint Michel) donne à Saturne (l’épée du justicier) l’information centrale en provenance de l’âme (du monde, de la nation, de la famille, de l’individu), qui permet de comprendre le sens du conflit en cours et de le transformer voire de la transcender. C’est le Pluton deuxième maître des Poissons qui comprend le sacrifice qui est demandé et qui enjoint les êtres à la vivre, sacrifice d’une forme au bénéfice d’un fondamental profond.

3/ Au troisième niveau, hiérarchique (et donc en provenance du divin et du sacré, au niveau de ce que l’on nomme la volonté divine), une problématique karmique de transformation est proposée à la résolution des individus et des collectifs, même si elle n’est pas conscientisée par les humains.

C’est pourquoi ce cycle porte une promesse d’évolution importante à travers une problématique karmique à traverser et à résoudre. Les générations qui naissent avec ce cycle (en conjonction, opposition ou carré) incarnent particulièrement la problématique karmique en question.

Au niveau collectif, ce cycle apporte des perturbations importantes, dans tous les domaines de la vie politiques et sociale. Le chaos semble s’installer sans qu’aucune perspective ne semble se dessiner. Nous sommes dans un tel cycle.

Le cycle Pluton-Saturne de 1982 à 2020

Ce cycle a commencé en 1982 à 28° BALANCE et comme tous les cycles, à l’image du cycle de la Lunaison, il se développe en 4 phases : une première phase de tentative d’expression, une deuxième de consolidation, une troisième de fructification et une dernière de bilan et de réflexion pour prendre conscience de ce qui doit être maintenu et de ce qui doit être changé.

1/ La première phase de 1982 à 1993

Porté par Ronald Reagan et Margaret Thatcher le néolibéralisme gagne les démocraties occidentales : l’heure est partout au désengagement de l’Etat censé libérer les individus. Même Mitterrand, fraichement élu en France, revient sur sa politique de la demande et de nationalisation et instaure la rigueur budgétaire.
Dans le monde c’est une année très agitée : la guerre des Malouines éclate entre la Grande Bretagne et l’Argentine, mais surtout le Moyen-Orient n’en finit pas de connaître des violences : Massacre des opposants à Hama en Syrie (par le père de l’actuel président de Syrie !), incursion d’Israël au Liban et massacre du camp de réfugiés de Sabra et Chatila, début de la guerre Iran/Irak.
Tout le fonctionnement rigide du bloc de l’Est est ébranlé par le mouvement Solidarnosc qui a débuté en Pologne en 1981 et mènera progressivement à l’effondrement du système communiste actualisé par la chute du si symbolique Mur de Berlin en 1989 (alors que Pluton est à son périhélie, dans la phase de son cycle où il est au plus près de la Terre et où il accélère).

2/ La deuxième phase de 1993 à 2001/2002

Bush et Eltsine signent un accord de désarmement, derrière lequel s’engouffre toute une stratégie de conversion de la Russie à l’économie de marché. L’Union européenne se construit à travers le traité de Maastricht selon des critères économiques néolibéraux de concurrence et de rigueur budgétaire qui peu à peu vont faire des ravages auprès des peuples européens.

 3/ la troisième phase de 2001/2002 à 2010

Le 14 février 2003 au Conseil de sécurité de l'ONU, Dominique de Villepin s'oppose au nom de la France à la guerre en Irak

Ces années sont marquées par les attentats du 11 septembre et le début de la seconde guerre d’Afghanistan. C’est le déclenchement par le président américain George Bush de la guerre contre le terrorisme et de toute une stratégie guerrière qui va déstabiliser tout le Moyen-Orient. En 2002, au moment de la conjonction de la queue du dragon avec Pluton en Sagittaire (et donc de la conjonction de Saturne avec la tête du dragon), intervient le fameux sommet de Johannesburg et la célèbre formule de Chirac. En même temps s’ébauche toute une stratégie des USA pour faire croire à l’existence des armes de destruction massive en Irak et légitimer l’attaque de l’Irak en 2003 avec l’autorisation des Nations-Unies. Bien seule, la France s’opposera à cette stratégie. Dès lors rien ne pourra arrêter la déstabilisation durable de tout le Moyen-Orient.

4/ La quatrième phase de réflexion et de bilan de 2010 à 2020

 Héritée des années précédentes, et de la crise financière mondiale de 2007 (à l’entrée de Pluton dans le Capricorne), une crise financière éclate dans l’Euro-groupe à travers la dette grecque et enclenche des politiques d’austérité de plus en plus dures à l’égard des pays du Sud. Des Révolutions dites du printemps arabes s’enclenchent, tandis que les puissances occidentales, dont la France aux premières loges, interviennent en Libye et contribuent à déstabiliser durablement tout le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. En mars 2011 débute l’effroyable guerre en Syrie, tandis qu’un tremblement de terre au Japon entraîne la catastrophe de Fukushima.
Les carrés de Pluton à Uranus (2012/2015) commencent à se faire sentir. Si bien que durant toute la deuxième partie des années 2010 monte la conscience du dérèglement climatique et des risques que fait peser sur la planète et l’humanité la dérégulation de la finance et de l’économie, le pillage des ressources naturelles, l’accroissement des inégalités et la fracture sociale entre les bienheureux de la mondialisation et les oubliés. On en est là au seuil du nouveau cycle de 2020 dans le Capricorne. 
Le médiatique économiste François Langlais, supputant une cyclicité économique comme « déterminée par les générations » (dommage qu’il ne connaisse pas l’astrologie pour s’y repérer !), nous annonce désormais 2019 comme une année fatidique qui marque la fin d’un cycle de libéralisme économique, victime de ses excès au point de se suicider.*


Dans l’émission de la Cinq, C’est politique, du 31/03/2019.


Les avertissements de ce mois d’avril 2019

Que nous dit l’horloge cosmique ?

Le feu se déclare à Notre-Dame

Une configuration astrologique très particulière ajoute un sentiment d’urgence à ce besoin de réflexion et de bilan : Pluton et Saturne s’approchent de leur conjonction qui interviendra en janvier 2020 (après une période de rétrogradation de chacun), et, comme en 2002, la queue du dragon (de l’axe des Nœuds) est conjointe à Pluton début avril puis à Saturne fin avril, avant de s’en approcher à nouveau de juillet à octobre.

En 2002, rappelons-nous, c’était le signal d’alarme pour le climat au sommet de Johannesburg, c’étaient les machinations américaines pour pousser à une intervention en Irak. Nous vivons donc en ce moment une période ultrasensible, où une problématique karmique s’impose à nous de façon pressante, et nous avons jusqu’au début du prochain cycle en janvier 2020, pour la transformer ou pour l’aggraver.

A l’image du Brexit qui devait avoir lieu début avril (au moment de la conjonction de Pluton et à la queue du dragon et en proximité de Saturne), mais qui est reporté à fin octobre, voire à début janvier 2020 (et je pense que ce sera pour janvier 2020, au début du nouveau cycle Pluton-Saturne qui nous amène jusqu’en 2053), nous vivons, individuellement et collectivement, une pression qui monte depuis le début 2019, et qui appelle à une profonde transformation des conventions, des formes et des structures qui régissaient notre vie jusqu’alors. Les jeunes qui se mobilisent pour le climat le sentent  bien, les gilets jaunes aussi qui ne cessent de nous alerter sur ce que nous ne voulons pas voir depuis novembre 2018 déjà ! Nous avons 10 mois pour redresser la barre ou pour continuer dans nos fausses urgences monétaires et dans nos errances partisanes. Le nouveau cycle de janvier 2020 nous amènera jusqu’en 2053 !

L’avertissement de Notre-Dame

L'incendie de Notre-Dame

C’est dans tout ce contexte cyclique, à la fois global et plus particulier, que nous pouvons comprendre le sens que revêt l’incendie de Notre-Dame. Ce sens est universel, comme l’évènement qui a touché tout le monde au cœur. Alors, oui nous pouvons y voir l’annonce de la fin du christianisme (n’avons-nous pas déjà la prophétie que ce pape est le dernier ?), du déclin de la civilisation européenne, et autre imaginaire vain et stérile. Nous pouvons y voir plutôt l’annonce d’un renouveau, tel le phénix qui renait de ses cendres. Ne sommes-nous pas dans la semaine de Pâques, la fête de la résurrection ? Nous pouvons alors, dans le prolongement de l’ère des Poissons, entendre la « bonne nouvelle » déjà transmise par les enseignements de Jésus, l’annonce d’un Nouvel Âge de fraternité et d’amour, celui du Verseau.

Mais pour cela il nous faut entendre d’abord, et avant tout, le signal d’urgence. Notre maison brule, en vrai, et sur ses ruines et ce qu’il en reste nous devons la reconstruire. Les « généreux » donateurs qui affluent à son chevet nous montrent que lorsqu’on le veut l’argent afflue et ruisselle, reste à savoir la volonté de qui nous écoutons. Est-ce à l’Etat d’orienter au nom de la nation et de la collectivité qui l’a mandaté les sommes vers tel ou tel projet ? Ou les mécènes qui, comme à la Renaissance, choisissent tel ou tel projet ou tel et tel artiste pour se faire valoir et, en même temps (à notre époque), profiter des avantages fiscaux.

Préparons pour Notre-Dame une architecture pour l’ère du Verseau, mais surtout pour la France, l’Europe et pour notre Terre-Mère tout entière, un plan de rénovation moderne, éclairé, économe, équitable, accueillant et fraternel pour tous !

A chacun de se réveiller et de se mettre en route selon l’avertissement qu’il a entendu !

Fanchon Pradalier-Roy, le 19/04/2019.




Télécharger l'article au format pdf